PREDICAChronicle: 7ème jour  LA GRACE ET LE DEFI DU DISCERNEMENT

Aujourd’hui nous avons eu un beau jour de récollection animé par Monseigneur Varghese Thattamkara, CM qui nous a invité à une intense expérience dans la procédure de l’Assemblée Générale pour le moment privilégié de discerner la volonté de Dieu pour la Congrégation.

[1] Après la prière du matin, nous avons attentivement écouté la première réflexion sur le thème du discernement. Confiant dans notre tradition spirituelle nous avons commencé par contempler l’exemple de Jésus engagé dans le processus de discernement afin d’atteindre la volonté du Père qui l’a envoyé. Nous avons aussi contemplé la personne de Saint Vincent de Paul: sa confiance en la divine providence et son effort permanent de suivre la volonté de Dieu. Nous avons été encouragés à comprendre pour nous engager dans ce processus de discernement en nous référant à nos expériences intérieures (pensées, émotions et désirs) afin de trouver la direction qui nous meut, pour donner sens aux décisions, choix et engagements qui nous sont inspirés et qui donnent sens à tout ce processus. Quels sont les dynamisme qui nous sacrifient et ceux qui tendent à nous mettre en état de désintégration et donc à nous conduire hors des plans de Dieu, dont la volonté est la pleine réalisation de notre identité d’enfants de ce Dieu d’amour. L’évêque nous a offert quelques éléments pour discerner, tels:

  1. l’engagement à observer la volonté de Dieu dans les détails de la vie;
  2. La foi en un Dieu qui est amour, qui se révèle lui-même et qui a souci de nous et de notre monde;
  3. Une relation avec Dieu que nous dénommons prière;
  4. Une conscience de nos mouvements intérieurs;
  5. Une conscience de la réalité sociale;
  6. Une croissance dans la liberté face à nos peurs et nos anxiété;
  7. L’amour fraternel;
  8. Que chacun développe le courage de prendre des risques.

En plus de des huis exigences requises l’évêque a ajouté deux autres dispositions de caractère plus vincentien: [1] avec nos vertus vincentiennes que sont la simplicité, l’humilité, la mortification la docteur et le zèle; [2] l’identité vincentienne : l’amour du charisme, notre esprit et la mission de la Congrégation. Alors que nous nous engageons dans ce processus avec toutes ces caractéristiques, nous éviterons la tentation d’une vie superficielle, des vies éclatées; autrement dit, nous vivrons nos vies et agirons avec le sens de la foi, un sens dynamique d’espérance et un amour infatigable ce qui entrainera, que nous chercherons à plaire à Feu en accomplissant la mission qu’il nous a confiée.

Ces mouvements intérieurs que nous découvrons doivent être mis en relation avec la perception que nous avons de la réalité sociale et ecclésiale qui nous entoure, signe des temps que nous contemplons avec les yeux de Jésus, une contemplation qui nous conduit à avoir de la compassion avec les malades, sans égards pour le péché, l’égoïsme ni l’injustice. La contemplation seulement éclairée par la foi et par la réalité peut nous conduire à un engagement en vue du royaume de Dieu et nous rend plus généreux, créatifs et prompt dans les réponses aux cris des pauvres et aux besoins de l’Eglise.

Le discernement auquel nous sommes appelés qui nous engage durant dette Assemblée Générale est par nature collectif. Dans ce processus, nos dispositions personnelles ainsi que les dispositions de la communauté sont engagées dans la recherche de la découverte de ce que la volonté de Dieu désire pour la Congrégation à ce moment de son histoire. Ceci veut dire que nous devons garantir certains critères basiques, comme par exemple le respect mutuel, la volonté d’apprendre les uns des autres, l’ouverture à la recherche de la vérité, l’attitude de non-jugement, la simplicité du partage sur ce que nous ressentons et nous éprouvons, l’écoute attentive et empathique des autres, le don suffisant de temps pour les échanges et les délibérations sans presse indue ni principes rigides, cherchant à parvenir progressivement à un consensus, confiant dans l’Esprit qui donne la sagesse du discernement et la force de s’engager dans l’application pratique du processus.

[2] La seconde réflexion s’est centrée sur le discernement requis par cette Assemblée générale 2016. Sur ce point, l’évêque a partagé son expérience et la connaissance qu’il a acquise alors qu’il était membre de la Congrégation de la Mission et les services qu’il a pu offrir à sa province d’origine autant que durant son service au Conseil Général. Il a présenté quelques champ de discernement contemporains pour la Congrégation, encourageant chacun à se faire plus proche des attitudes de Jésus Christ afin que l’Assemblée puisse répondre aux attentes légitimes de l’Eglise,e des pauvres et du monde.   Permettre aux disciples de Jésus de penser, réfléchir, parler et écouter par vous afin de pouvoir produire « un fruit qui demeure », un fruit que le Christ désire de nous. Il a ensuite présenté quelques lignes :

(a) Nous demander quel est la volonté de Dieu pour la Congrégation durant cette Assemblée, en restant dans une attitude de prière, permettant au Seigneur de nous guider pour que nous relevions le défi est ayons le désir d’accepter et nous en remettre à la volonté de Dieu.

(b) Nous demander ce que les pauvres attendent de nous comme missionnaires et comme serviteurs: quels sont leurs besoins, leurs espérances et leurs désirs les plus nécessaires.

(c) Nous demander ce que l’Eglise attend de nous: nous maintenant donc dans un esprit d’obéissance aux autorités de l’Eglise et à leurs enseignements; cherchant à promouvoir le dialogue et le respect aux besoins des ordinaires locaux

(d) Nous demander ce dont la Congrégation a besoin: chercher à pénétrer le cœur de Saint Vincent: écouter les confrères; chercher de nouvelles voies pour conserver et promouvoir le charisme, développant et donnant vie à l’esprit de nos Constitutions.

L’évêque a proposé quelques attitudes qui pourraient promouvoir une participation qui porterait du fruit durant l’Assemblée Générale: [1] élargir notre vision de l’Eglise, les pauvres et la Congrégation, et d’être conscient de l’universalité de la mission, les diverses faces de la pauvreté et du caractère international de la Congrégation; [2] purifier les idées et conceptions que nous avons des confrères zinc de choisir dans la foi, d’animer dans la fidélité, et de les stimuler à la mission; [3] rejeter tout ce qui semble être opposé au discernement : pensées, manipulations, paroles imprudentes, intérêt personnel, procédures unilatérales et influence nuisibles.

Pour terminer, nous avons été encouragés à choisir le nouveau Supérieur général et son Conseil et à le faire à la lumière des défis, des besoins et des priorités de la Congrégation de la Mission, résistant à l’esprit de recherche personnel ou l’intérêt collectif mondain. Les questions que nous avons sont; avec l’information disponible, quel est le confrère le plus indiqué pour nous encourager à faire face aux défis auxquels la Congrégation fait face et pour continuer de développer une vitalité au regard de notre charisme missionnaire ? Face à ceci il est nécessaire de revenir aux critères cités hier après-midi. Il est important que le nouveau Supérieur Général, le Vicaire et ses assistants, valorisent la collaboration afin d’assurer l’échange de dons er le partage des compétences et des talents.   .

  1. Nous avons conclu la journée de récollection avec la célébration de l’eucharistie dans la paroisse St Vincent de Paul. L’évangile nous invitait à sortir en mission avec les caractéristiques décrites par le Seigneur alors qu’il envoyait les soixante-douze disciples…. oui, l’évangile nous invite à sortir en mission afin de rencontrer les personnes que Jésus lui-même aimait rencontrer, nos seigneurs et maitres..

Texte de Sergio Plana, CM

traduit en français par Bernard Massarini sur la version de Charles Plock, CM