AGR-r_1

Une Assemblée unie dans l’esprit du Christ

«Je suis la vigne; vous êtes les sarments. Si vous vivez en moi, vous porterez beaucoup de fruit  » Jn 15 : 1-8

Mes chers confrères,

Après avoir discuté avec vous quelques principes de discernement, je vais suggérer quelques domaines contemporains de discernement pour la Congrégation dans son ensemble. En tant que membres de l’Assemblée générale 2016 de la Congrégation de la Mission, vous avez pris une grave responsabilité. Vous êtes chargé de participer à un processus de discernement communautaire pour le bien de la Congrégation. La Congrégation dans le monde entier, l’Eglise, et les pauvres de Dieu sont tous en train de voir comment vous allez répondre à ce grand appel et cette grande responsabilité. Vous pouvez et vous lèverez à la hauteur de l’événement. Ce faisant, vous accomplirez alors le mandat que Dieu, l’Eglise, et les confrères de vos provinces vous ont donné.

Jésus notre Maître et Vincent, notre Saint Fondateur et Père de la Congrégation, veulent que cette Assemblée soit menée selon l’esprit du Christ afin qu’elle puisse être un moment fécond de grâce pour l’Église, la Congrégation, et les pauvres qui sont notre part. Rappelez-vous que nous n’avons pas d’existence et d’identité en dehors de Christ. Vous êtes à cette assemblée parce que le Saint-Esprit vous a conduits ici. Rester attaché à Jésus; chercher son esprit et sa volonté. Permettez à l’amour vivifiant du Christ de couler en et à travers vous. Permettez à la personne de Jésus de penser, réfléchir, parler et écouter à travers vous afin que vous puissiez produire le «fruit qui demeure » que le Christ veut de vous.

Détachez-vous de vos propres idées préconçues et engagez votre capacité à penser, réfléchir, discuter, écouter, parler, et délibérée dans l’Esprit du Christ, afin que le Seigneur puisse penser, parler et agir à travers vous. Ne donnez pas vos capacités à l’esprit du mal comme on le voit dans celui qui sème la division et la discorde; ni à l’esprit humain, qui se manifeste dans l’égoïsme et la glorification de soi; ni à l’esprit mondain de l’imitation aveugle de la culture dominante, y compris l’hédonisme et l’utilitarisme. Toutes ces choses vont vous distraire de vos préoccupations et vos devoirs.

Écoutez la voix du Seigneur qui vous parle dans votre conscience. N’écoutez pas d’autres voix qui vous bloquent à écouter de la voix de Dieu, à discerner et à vous donner plus à sa volonté. Rappelez-vous la grave responsabilité confiée à chacun de vous en tant que membres de l’Assemblée générale.

En tant que membres de l’Assemblée générale, vous servez le Seigneur, les confrères et les pauvres, ainsi donc :• Avec une foi profonde en Dieu, demandez ce que Dieu veut de vous.• Maintenez un esprit de prière et de discernement.• Permettez à Dieu de vous guider et de vous mettre à l’épreuve.• Soyez prêt à accepter et à vous rendre à la volonté de Dieu, que sa gloire soit votre objectif principal

En tant que membres de l’Assemblée générale, vous représentez l’église et ainsi:• Demandez ce que l’église veut de vous.• Maintenez un esprit d’obéissance aux autorités ecclésiastiques et à leurs enseignements.• Recherchez les moyens de promouvoir le dialogue, le respect, et la réponse aux besoins des Ordinaires locaux• Etudiez et cherchez des conseils dans les documents de l’église.

En tant que membres de l’Assemblée générale, vous représentez notre Congrégation, et ainsi :• Etudiez et discernez l’esprit du fondateur.• Priez et discernez ce que vos confrères veulent de vous.• Recherchez des nouvelles façons de préserver et de promouvoir le charisme vincentien.• Maintenez l’esprit de nos Constitutions et cherchez des moyens pratiques de les accomplir.

Vous êtes les représentant des pauvres, et donc :• Découvrez qui sont les pauvres que vous et vos confrères servent et découvrez quels sont leurs besoins• Mettez en place des stratégies sur des nouvelles façons de servir et évangéliser• Que le vrai bien des pauvres soit votre motif.

Comme des gens qui sont remplis de l’Esprit Saint, et qui représentent l’Église, la Congrégation et les pauvres, et surtout en bons chrétiens:• Mettez de côté toute inclination à chercher des moyens égoïstes et mondains d’engagement• Permettez que vos discussions soient animées par l’Esprit Saint et élevées là où le discernement de la volonté de Dieu est votre principale préoccupation.• Qu’il y ait le respect de la liberté, du droit et de la dignité de chacun.• Écoutez patiemment l’un l’autre, et assurez-vous que vous parlez de ce qui est bon et utile pour tous• Cherchez à comprendre les avantages et les inconvénients de chaque argument ou option. Évitez l’adaptation des idées préétablies qui empêcheront une véritable ouverture à l’Esprit Saint.

Mes chers confrères peuvent je vous encourage humblement , si vous voulez faire exactement ce que Dieu veut de vous, avant de prendre des décisions importantes s’il vous plaît faire ce qui suit en tant qu’individus et en tant que groupe :- Priez Dieu de vous éclairer.- Observez tous les détails.- Libérez-vous de toutes les idées, les émotions et les attitudes préconçues qui pourraient influer sur votre observation et décision.- Soyez en mesure de faire la distinction entre la volonté de Dieu et vos impressions et vos désirs

Quelques Points Pratiques pour la Réflexion et le Discernement ! Je vous offre ces points pratiques pour aider dans votre réflexion et de discernement. Ce sont quelques unes de mes idées, et bien sûr, vous pouvez tirer des questions similaires de pertinence contemporaine pour votre réflexion et discernement.

  1. Est-il nécessaire de promouvoir une vision plus complète et globale de l’Église, de la Congrégation et des pauvres que nous servons ?

Il doit y avoir un effort conscient de tous à l’Assemblée de comprendre que par notre appartenance à la Congrégation, nous sommes membres d’une famille mondiale – la Congrégation de la Mission dans le monde, partageant le même charisme, la même vision et la même mission. Comme saint Paul nous rappelle: « Car, nous avons tous été baptisés en un seul corps dans un même esprit, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.  » (1Cor.12 : 13). En tant que membres de la même famille, notre amour, notre souci et notre solidarité devrait s’étendre à tous les membres de la famille qui est notre Congrégation, indépendamment des provinces et des nationalités. Nous ne devons pas non plus faire des distinctions entre les pauvres. Les pauvres de Dieu sont partout, et ils ont besoin d’être servis. Pour des raisons et des circonstances historiques, notre Congrégation, comme beaucoup d’autres, s’est développée en provinces statiques compartimentées; ce qui a conduit à une certaine indifférence et apathie les unes envers les autre. En conséquence, les provinces situées dans la même région ou dans un même pays avaient à des moments peu ou pas de coordination entre elles. En raison de facteurs sociétaux, économiques et sociaux, certaines provinces ont existé côte à côte semblable à la parabole de l’évangile de Luc de l’ « homme riche » et « Lazare ». Les murs ont été construits entre elles, ne permettant ni les ressources en personnel ni les ressources matérielles de circuler entre l’une et l’autre et de créer un équilibre. Elles devenaient étrangères l’une à l’autre, en dépit de notre désir de prêcher et de vivre dans la fraternité et la solidarité. Je reconnais que ces dernières décennies beaucoup a été fait pour combler cette lacune. Mais, je crois que nous, en tant que Congrégation, avons encore beaucoup à faire pour rattraper notre retard avec l’esprit de l’Evangile. Ainsi pouvez-vous vous poser les questions suivantes et prier là-dessus:- Bien que les temps et les situations ont changé, avons-nous évolué dans notre compréhension de la nécessité de collaboration et de partage de ressources entre les provinces et les régions?- Là où il y avait une fois des murs entre les provinces, pouvons-nous construire maintenant des ponts de collaboration et de la communauté?- Sommes-nous prêts et actifs en essayant de partager nos membres et nos ressources matérielles avec d’autres provinces pour le meilleur service des pauvres?- Puis- je me lever de ma propre perspective d’intérêt limitée dans ma province et élargir ma vision pour voir la Congrégation à partir d’une vision globale?

  1. Avons-nous besoin d’un changement de perception et d’approche ?

Ici, j’utilise comme image la parabole de l’ivraie et de la moisson dans l’évangile de Matthieu les (Mt 13 : 24-30). Ce que je veux dire c’est la mauvaise herbe d’aujourd’hui peut devenir la moisson de demain. Permettez-moi de donner un exemple actuel.

Après le développement de médicaments à base de plantes dans le monde entier, l’agriculture et la vie des agriculteurs ont radicalement changé. Dans le passé, lorsqu’un agriculteur cultive le blé, l’orge ou le maïs, si on voit d’autres plantes poussées dans le champ, on les considérait comme des mauvaises herbes et on les enlevait immédiatement. Mais après le développement de médicaments à base de plantes, les agriculteurs ont réalisé que certaines plantes qu’ils considéraient comme mauvaises herbes et les retiraient du champ étaient réellement des plantes médicinales précieuses. Cette réalisation les a fait cultiver ces plantes médicinales pour gagner plus. Aujourd’hui, lorsqu’ils cultivent ces plantes médicinales, si le blé ou le maïs pousse dans le champ, ils les considèrent comme mauvaises herbes et les retirent. Étonnamment, la mauvaise herbe est devenue la moisson et la moisson est devenue la mauvaise herbe! Donc, la réponse du maître dans la parabole de l’évangile « Laissez-les grandir ensemble … » Oui, laissez-les grandir ensemble jusqu’au moment où nous nous rendons compte que ce ne sont pas les mauvaises herbes, mais les plantes médicinales précieuses.

Ici, un changement de perception a changé l’attitude et l’approche des agriculteurs. La même chose est vraie dans de nombreuses Congrégations aujourd’hui. Les membres de certaines provinces, ainsi que leurs idées, leurs opinions, les services et contributions étaient autrefois considérés comme des mauvaises herbes sans valeur. Maintenant, ils trouvent leur place dans la Congrégation comme des précieux trésors! La bonne perception, le jugement et l’attitude seuls ont provoqué ce changement. Ainsi, je propose ce qui suit pour votre réflexion:- Puis-je accepter l’autre personne, ses idées et ses visions comme un don à la Congrégation? (Jn . 17:24) Ou bien je les vois comme mauvaises herbes à ignorer immédiatement ou même à déraciner ?- Puis-je respecter les opinions des autres, même si je ne suis pas d’accord avec eux?- Comment puis-je aligner mes idées et approcher mes confrères pour être en conformité avec l’esprit du Christ et la manière de Saint-Vincent ?

  1. Quels sont les critères pour l’élection ?

Mes chers confrères, en termes de procédures d’élection, permettez-moi d’offrir quelques réflexions sur base de ma propre expérience dans les précédentes assemblées générales et de mon expérience de guider les chapitres Généraux et Provinciaux de certaines congrégations religieuses dans le processus d’élection de leurs supérieurs majeurs. J’ai appris que ces idées ont été très appréciées comme étant utiles pour leur processus électoral. Permettez- moi de parler de cette question sensible directement et clairement. Je crois que vous, mes confrères, serez en mesure de les accepter mûrement.

La fonction clé d’une Assemblée générale est celle de l’élection du Supérieur Général et du Conseil. C’est un moment important de discernement, qui doit être fait avec le plus grand soin et prudence pour assurer que vous agissez avec l’esprit du Christ et en suivant le chemin de Saint-Vincent. Esprits mondains de la géopolitique, et la dynamique humaine de puissance et de prestige (pour soi-même, sa province, ou une Conférence des visiteurs) n’ont pas de place en ce temps de discernement de la volonté de Dieu pour la Congrégation. Animés par la charité fraternelle, fortifiés par la prière et le discernement approprié, laissez le Saint-Esprit être votre guide et électeur pour le Supérieur Général et le Conseil. Lorsque l’Assemblée générale délibère sur l’élection du Supérieur général, la première question à se poser n’est pas qui devons-nous élire comme Supérieur Général. Avant cela, vous devez d’abord définir les défis, les besoins et les priorités de la Congrégation au cours des 6 prochaines années. Une fois que vous avez fait face à cette importante question, vous pouvez alors demander qui est la bonne personne pour guider la Congrégation maintenant, et pour relever les défis, les besoins et les priorités que vous avez reconnus et définis comme étant la norme et la direction de la Congrégation pour les six prochaines années. Une fois que vous avez identifié le «Quoi,» la réponse à «Qui» deviendra beaucoup plus claire à l’assemblée.

  • Donc, le premier devoir de cette Assemblée Générale est de discerner, préciser et hiérarchiser les défis et les besoins de la Congrégation aujourd’hui. Dans ce cas, vous pouvez vous demander,

a. Quels sont les besoins de l’heure et les principaux défis auxquels la Congrégation fait face?b. Quels domaines demandent une attention spéciale, un renforcement et une solidification?c. Quelle direction la Congrégation devrait prendre au cours des prochaines années en particulier dans les domaines de la vocation, de la mission, de la vie fraternelle, de l’esprit et du charisme? (Comme vous discerner sur l’orientation future de la Congrégation, n’oubliez pas que l’avenir se trouve là où il y a des jeunes membres et où il y a des vocations.)

  • Election : Après avoir identifié les questions ci-dessus, l’Assemblée peut procéder à l’identification de la personne et de l’équipe la plus apte à accomplir la tâche.

a. Qui est la bonne personne pour faire face aux défis et aux besoins ci-dessus?b. Quelles sont les qualités et les atouts nécessaires chez un Supérieur général pour répondre à ces défis et besoins ?c. Qu’est-ce qui me motive à proposer un nom spécifique d’un candidat à l’élection comme Supérieur Général ou membre du Conseil? Est-ce le désir de Dieu? Lorsqu’on parle des qualités requises d’un Supérieur Général, on peut considérer certaines qualités essentielles requises telles que l’amour pour la Mission, les pauvres, et la Congrégation; celle d’une personne attentive à discerner la volonté de Dieu, et d’une sagesse démontrée pour la suivre; être prêt à faire face aux défis; la prudence de défier les autres; et le courage de prendre des décisions, qu’elles soient ordinaires ou extraordinaires. Bien sûr, c’est compréhensible de chercher le leadership chez un confrère avec quelques qualités connues pour répondre aux besoins et aux défis spécifiques identifiés par l’Assemblée. Et enfin, vous devriez considérer la nécessité d’une bonne santé physique, d’un équilibre psychologique, d’une force spirituelle et de la maturité missionnaire nécessaire pour quelqu’un qui est dans un ministère de leadership responsable. Une fois que le Supérieur général est élu, l’assemblée procède à l’élection du Vicaire général. Ici aussi, la principale considération ne doit pas être la nationalité, la langue ou l’origine ethnique, mais de trouver un confrère qui peut compléter et améliorer les dons, les talents et les limites du nouvellement élu Supérieur Général. L’élection du Vicaire général montrera clairement à l’Assemblée les qualités et les atouts nécessaires chez les confrères qui serviront en tant que membres du Conseil général comme équipe de collaboration. Le point le plus important est qu’ils devraient se compléter les uns les autres comme une équipe de collaboration parfaite. J’espère que ce processus peut vous aider en tant que membres de l’Assemblée générale à réfléchir sur ceux qui peuvent compléter le nouvellement élu Supérieur Général dans ses forces et limites, parce que nous tous ici partageons la même réalité humaine. Nous sommes tous des gens doués, mais aussi des gens qui ont des limites humaines que nous devons reconnaître. Voilà pourquoi se rassembler en tant que communauté de grâce qui discerne activement la volonté de Dieu, et être prêt a promouvoir la continuation de notre charisme doivent être votre objectif principal dans l’élection d’un Supérieur général, du Vicaire général et des membres du Conseil. Je prie pour que vous soyez bien guidés par le Saint-Esprit et que vous fassiez exactement ce que Dieu veut que vous fassiez.

Annexe  Ceci est une revue de ce que j’ai dit dans les deux conférences pour vous aider dans le discernement. Les signes d’être dans la bonne voie de discernement :

Lorsque vous prenez une décision selon le plan de Dieu 😮 Vous jouirez de la paix, de la sérénité, du bonheur.o Vous êtes prêt à lâcher vos idées et à tenir aux idées données par Dieu.o Vous êtes prêt à assumer la responsabilité des décisions prises et à prendre des initiatives responsables pour les accomplir.o Vous sentez que Dieu a travaillé à travers vous et vous remerciez Dieu pour ce privilège.o Vous êtes prêt à vous rendre au plan de Dieu, même si c’était contraire à votre désir.

Les signes d’être hors du plan de Dieu : o Agitation intérieure: Cela peut signifier que Dieu essaie d’attirer votre attention .O Se sentir perplexe : Si cela se produit, attendez tranquillement, faites confiance que Dieu rendra sa volonté claire.o Déception : Cela peut indiquer que Dieu essaie de parler à votre cœur et le rediriger d’une manière non conforme à sa volonté.o Confusion : Cela peut indiquer que vous n’avez pas encore pleinement discerné ou vous ne vous êtes pas donné à la volonté de Dieu.o Obsession ou factionnalisme: Ces deux comportements peuvent indiquer que vous vous laissez entraîner dans les façons de penser ou dans les associations qui n’avantageront pas la promotion du charisme de la Congrégation ou le bien de ses membres.o fraîcheur spirituelle: Cela peut être un signe du retrait de la présence de Dieu.o Parole ou actions imprudentes ou moins sages: Un signe de manque de la volonté de Dieu dans la réalité concrète du fonctionnement de l’Assemblée générale.

Si vous ne trouvez pas la volonté de Dieu vous demander:o Est-ce qu’un péché personnel ou obstacle spirituel me bloque?o Ai-je un motif mixte, ou je rend difficile à Dieu d’attirer mon attention?o Suis-je vraiment conduit par le Saint-Esprit, ou je comptes trop sur moi-même?o Est-ce que j’ai déjà décidé de ce que je veux faire?o Est-ce qu’un parti pris ou un certain type de préjugé caché m’empêchent de chercher la vérité?o Est-ce que mes désirs sont si fortes que discerner la volonté de Dieu devient difficile?o Suis-je en train de négocier avec Dieu? Ai-je tendance à agir prématurément?o Est-ce que je comptes trop sur l’opinion des autres?o Suis-je trop influencé par mes émotions ou celles des autres autour de moi?

AG-r_2

 

AG-r_3

 

AG-r_4

 

AG-r_6